22/10/2008

Les huiles essentielles

Les huiles essentielles sont indiquées par voie orale, cutanée (massage) ou de manière plus surprenante… en diffusion.

Selon les spécialistes, leurs senteurs provoquent des réactions chimiques et physiologiques. Les arômes dégagés auraient donc un effet sur le corps. Tous les types d’administration peuvent être efficaces.

Les HE absorbées par les muqueuses lors de l’inhalation agissent parfois plus rapidement encore que par voie cutanée. Elles ont alors des effets sur tout l’organisme et peuvent aider à lutter contre les bouffées de chaleur, mais
aussi l’anxiété, la déprime ou encore les rhumatismes.



Contre l'anxiété :
Connue depuis des siècles pour ses effets calmants, la camomille est efficace pour calmer le stress et l’anxiété. Mais il n’y a pas qu’elle ! D’autres huiles essentielles ont des effets relaxants…

A appliquer ou avaler :
Mélangez les HE suivantes : 1 goutte de néroli, 1 goutte de marjolaine, 1 goutte de camomille, 1 goutte d’ylang ylang. Appliquez 3 fois par jour sur la voûte plantaire, la face interne des poignets et sous la langue jusqu’à amélioration.



Contre la déprime :
L’aromathérapie peut aussi aider à se sentir mieux en cas de déprime.
Par voie orale :
Posez une goutte sous la langue (ou sur un sucre à laisser fondre en bouche), 3 fois par jour durant 3 semaines.
En massage :
Mélangez des HE suivantes : 1 goutte d’arbre à thé, 1 goutte de verveine citronnée, 1 goutte de romarin à verbénone, 1 goutte de néroli, 1 goutte de bois de rose, 1 goutte de marjolaine. A appliquer sur le plexus solaire, sous la voûte plantaire, sur la face interne des poignets et le long de la colonne vertébrale, 2 fois par jour pendant 3 semaines.




La concentration des huiles essentielles contribue à leur efficacité. Bien dosées, les huiles essentielles peuvent soulager de nombreux maux. Toutefois, leur utilisation thérapeutique est subordonnée à un diagnostic médical pour éviter tout effet secondaire non souhaitable.

Attention, non diluées, les huiles essentielles sont nocives, notamment lorsqu’elles sont prises par voie orale. Même en application externe, il faut les mélanger, par exemple, avec de l’
huile d’amande douce.

Demandez l’avis d’un aromathérapeute reconnu.


Sources : La Société française de phyto-aromathérapie - Ma bible des huiles essentielles, Danielle Festy, Leduc.s Editions